L’IMPACT JURIDIQUE DE LA NOUVELLE REGLEMENTATION DE CHANGE MANUEL EN RDC

In the Democratic Republic of Congo, the manual exchange sector is an old activity most used by individuals, who are engaged in the transactions of buying and selling foreign currencies against the national currency and vice versa. Currency trading is a widespread phenomenon that comes from the monetary instability experienced by the country in 1993. It should be noted that this situation was accentuated by the political upheavals in 1990 which led to the tremendous consequences on the economies and more particularly on banking systems. In other words called « Changers », these individuals’ purchases and sales foreign currencies against the national currency and buy and sell in cash foreign currencies against other national currencies other share. For several decades, this growing activity has been carried out in the absence of any specific applicable regulation likely to eradicate the legal and operational risks denounced several times by the banking institutions, the consumers, the public authorities and other actors evolved in this market. The Central Bank of Congo, according to its missions especially to elaborate the regulations concerning operations on foreign currencies; has established a specific regulation that governs all manual exchange activities in the relationship between manual money changers, consumers and the control authority.

In the Democratic Republic of Congo, the manual exchange sector is an old activity most used by individuals, who are engaged in the transactions of buying and selling foreign currencies against the national currency and vice versa. Currency trading is a widespread phenomenon that comes from the monetary instability experienced by the country in 1993. It should be noted that this situation was accentuated by the political upheavals in 1990 which led to the tremendous consequences on the economies and more particularly on banking systems. In other words called « Changers », these individuals’ purchases and sales foreign currencies against the national currency and buy and sell in cash foreign currencies against other national currencies other share. For several decades, this growing activity has been carried out in the absence of any specific applicable regulation likely to eradicate the legal and operational risks denounced several times by the banking institutions, the consumers, the public authorities and other actors evolved in this market. The Central Bank of Congo, according to its missions especially to elaborate the regulations concerning operations on foreign currencies; has established a specific regulation that governs all manual exchange activities in the relationship between manual money changers, consumers and the control authority.

Key words: manual exchange, regulation, prudential rules, operational risks, changers.

By Gaby Kabue Kayombo, Managing Partner of RightsEmpower

Introduction

The manual foreign exchange market is a very popular activity that has evolved several decades without regulations in order to determine the obligations and relationship between operators, consumers and the control authority involved in this business. It is so quiet to mention that the lack of prudential rules applicable to the manual exchange, has made operators, commonly called « Changers » to operate the activity according to their subjective rules which led most of them to act malicious, for instance, grant of loans to individuals with high interest rate, organize the fund deposits on behalf of their customers, carry out transfer fund abroad, importing and exporting bank notes, making large-scale currency exchange transactions per day, etc. It should be noted that the manual money changer’s behavior are considered as an encroaching on the activities of the commercial banks, and in other hand, the wrongdoing cause economic and financial difficulties to the financial institutions.

Effectively, sort out the multiple legal and operational issues caused in the manual exchange sector, as well as ensured the good functioning of manual exchange operations between the stakeholders involved in matter, the Central Bank of Congo, established the administrative instruction n ° 007 for regulating the manual exchange activity.

The purpose of this article consists to identify the key general and specific provisions that organize operating of manual foreign exchange activities on the national territory.

In this approach it will be a question of examining the relevant points addressed by the new regulation, in particular: (1) the legal status of manual money changers; (2) the scope of the foreign exchange activity; (3) the classification of manual money changers; (4) the rules for creating Bureau de Change or manual changer; (5) restrictive activities; (6) the obligations of  Bureau de Change and manual changers; etc.

Scope of the activities of the manual money changers

The manual money changers are authorized to buy and sell foreign currency in cash against the national currency (Congolese francs) and to buy and sell foreign currency in cash against other foreign currencies (art 3).

Legal status of manual money changers

The manual money changers are individuals or corporates congolese, other than credit institutions that carry out, as their usual profession, manual exchange transactions. With regard to this administrative provision, we can bring out three legal attributes, cumulative recognized to manual money changers:

■ be an individual or corporate under congolese law

■ practice the profession in usual way

■ do a manual exchange transaction

The new regulations related to manual foreign exchange activities set up the requirements before operating an exchange activity. Firstly, manual money changers must be the individuals or commercial enterprises legally registered under OHADA law. Secondly, individuals or companies must operate the business without interruption. Thistly the operation must be a manual exchange transaction, in other words they must make manual exchange a unique activity.

Categorization of manual changers

Administration instruction No. 007 subdivides three types of manual changers. They can subscribe to practice their profession as:

  • Bureau de Change of the first category or national level which enable to operate the profession of manual exchange throughout the national territory.
  • Bureau de Change of the second type or provincial level which enable to operate the profession of manual exchange within the limits of province.
  • Manual changers carry out their activities within the limits of their province of domiciliation regardless of the category of Exchange Offices to which they are affiliated.
Constitution of Bureau de Change or manual changer

The regulation of Central Bank of Congo imposes the requirement for manual money changers, to be constituted in Bureau de Change or manual changer, and these must be affiliated to the Bureau de Change.

Bureau de Change

In this option the Bureau de Change operates as:

Corporate

As a corporate, the Bureau de Change must fulfill the following conditions:

  1. Register as a limited liability company

Manual Changers which would like to open the Bureau de Change must constitute under the form of a Limited Liability Company (LLC), in accordance with the OHADA law related to commercial companies. This is to comply with the conditions of substance and form.

Bureau de Change must obtain an operating license (RCCM), the National Identification Number, the Tax Number, the INPP, the INSS, show notarial statutes, demonstrate the proof of the existence account in national currency and / or in foreign currencies opened with the financial institutions approved in the name of the applicant; etc.

2. Approval obtaining

Regulation specifies that the first and second type of the Bureau de Change must address the letter of application for approval of the central bank of Congo.

This letter will be accompanied by the following evidence:

  • copy of original of notarial statutes;
  • proof of deposit statutes at the clerk’s office of the Commercial Court
  • certified copy of license
  • certified copy of the National Identification Certificate;
  • proof of accounts in national currency and / or in foreign currencies open with financial institutions;
  • CVs and criminal records at least three months old from the promoters and persons in charge of the administration and management of the Bureau de Change.

Applicant for obtaining approval is required to pay 3% of the deposit for file review.

Once application for approval received, the Authority has 90 days to examine. Whether the deadline expired, it supposed that the authority has approved the application. (art 11).

3. Payment of the deposit

In case the Central Bank of Congo gives a favorable opinion on the application for approval, the applicant is required to pay the deposit and approval fees as follows:

For the deposit:

  • 2500 USD for first type or national level of Bureau de Change.
  • 1500 USD for second type or provincial level of Bureau de Change.
  • 150 USD for Manual changers

For the manual fees:

  • 20% of the deposit of each type.

However, the deposit paid to the Central Bank of Congo is not remunerated. The Central Bank of Congo might reimburse the deposit in currency in case of ceasing of activities. In addition the supervisory body will deduct any sums due to Treasury. But, the regulation does not demonstrate the elements that will be taken into account to make this deduction.

It should be noted that the opening of branches allows to the payment of deposit fees (3%).

Manual changer

In this category the manual changer carries out the activity as:

Individual

As an individual, the Manual changer is required to fulfill the following conditions:

  1. Approval obtaining

In this type, the applicant must send the letter of application for approval to the Governor of the Central Bank of Congo.

The letter must be accompanied by the following elements:

  • proof of the authorizations of the competent authorities for the operating of commercial activity (declaration of activity at the Registry of the Commercial Court, subject to the license);
  • proof of accounts in national currency and / or in foreign currencies opens with financial institutions;
  • CV and criminal records less than three months old from the applicants.
  • proof of affiliation to the Bureau de Change by the transmission of the affiliation agreement.

Bureau de Change and Manual changer are not allowed:

  1. carry out the operations of buying and selling in cash the foreign currencies against the national currency, either buying and selling in cash the foreign currencies against other foreign currencies for an amount exceeding 10.000 USD or the equivalent in another foreign currency by person per day;
  2. make deposits for the accounts of their customers;
  3. make transfers abroad;
  4. import or export banknotes;
  5. grant loans to their customers;
  6. manual currency traders individuals are not allowed to affiliate to more than one Bureau de change.
Obligations of Bureau de change and manual changer

The Bureau de Change, as a corporate are bound by certain obligations in foreign exchange transactions, such as:

  1. immediately seize the National Financial Intelligence Unit and the Central Bank of Congo through its Financial Intermediaries Department for any transaction deemed suspicious;
  2. collecting and photocopy the identities (address, photo) of the customers carrying out the exchange operations;
  3. keeping proper accounts that can present the summary statements in accordance with the Congolese General Chart of Accounts;
  4. prepare daily statements of exchange transactions according to the predefined models;
  5. transmit to the Central Bank of Congo, not later than the 7th day of the following month, a consolidated monthly statement by currency of the sales and purchases of the currencies made;
  6. reporting to the Central Bank of the Congo the cases of non-transmission of the unconsolidated monthly statements by currency of sales and purchases of currencies made by their affiliates;
  7. seizing against discharge and transmit to the Central Bank of Congo by a circumstantial note any false currency presented;
  8. displaying the legalized copies of the deed of approval and opening authorization of the Bureau de Change and its branches in the premises where the exchange activities take place;
  9. reproducing on each document or correspondence of the Bureau de Change the approval and authorization numbers for opening the branches our teller;
  10. organizing as a professional corporation;
  11. submitting the statutes of the corporation for the approval of the Central Bank of Congo.

Manual changers are bound to the following obligations:

  1. sending to their respective Affiliation Exchange Offices, not later than the 2nd day of the following month, the consolidated monthly statements by currency of the sales and purchases of currencies made;
  2. affiliating with Bureau de Change;
  3. organizing as a professional corporation;
  4. submitting the statutes of the corporation to the approval of the Central Bank of Congo.
Conclusion

Manual change regulation is cornerstone legal tool that governs manual change trading activities between changers and consumers involved in the manual exchange market across the country. Prudential regulatory measures help to fight against money laundering and the financing of terrorism. This regulation defines the obligations of manual money changers vis-a-vis the supervisory authority and gives a large clarification related to the restrictive activities which they can’t afford in operating of their manual exchange activities.

banking_online

REVOLUTION DE LA BANQUE ELECTRONIQUE ET RISQUES JURIDIQUES EN RDC

L’industrie bancaire a subi des effets technologiques exponentiels qui ont révolutionné le business et changé les habitudes des consommateurs en République Démocratique du Congo comme dans le monde. L’émergence de la banque électronique, autrement appelé « online banking », en Anglais, a apporté des innombrables avantages pour les consommateurs en offrant des transactions rapides et moins chères. Cependant, elle pose des problèmes juridiques qui nécessitent une réglementation adaptée à la vitesse de la technologie en vue de résoudre les problèmes qui surgissent dans les opérations financières entre les consommateurs et les banques

Par Gaby Kabue Kayombo, Managing Partner de RightsEmpower

 

Introduction

Certes, à l’heure actuelle, une révolution numérique qui se traduit par la percée en puissance de l’Internet est expérimentée dans le rapport entre les institutions bancaires et les consommateurs. Des études sur la révolution digitale démontrent que le secteur bancaire occupe la 2ème position, soit 32%, après High Technology dans la transformation numérique. Les banques ont été parmi les premières à adopter les nouvelles technologies, cependant un bon nombre d’innovations principales, par exemple les services de paiement en ligne, argent mobile et monnaie électronique sont venus d’institutions non bancaires notamment la télécommunication et les sociétés internet (Rapport de la Banque Mondiale en 2016 sur le développement du monde « dividende numérique abrégé »). En outre, le rapport Global Findex database de 2014 révèle que, entre 2011 et 2014, 700 millions de personnes ont ouvert un compte auprès d’une banque, d’une institution financière ou un prestataire des services bancaires par téléphonie mobile. Ces statistiques prouvent à suffisance les conséquences positives des innovations qui ont contribué au développement du secteur et de surcroit à la prolifération des banques à travers le monde.

Le service de banque électronique offre un accès rapide, facile et permanent aux services financiers à distance notamment, la vérification de sa balance, le paiement des factures, le transfert de fonds, la demande ou le blocage individuel des cartes en cas de perte et éventuellement le changement de mot de passe, le téléchargement des extraits bancaires, l’impression des relevés bancaires, le chargement des fichiers à bénéficiaires multiples, la communication en toute sécurité avec votre gestionnaire à partir du mailbox , la passation de commande en ligne les chéquiers et carnets d’ordre de virement, la demande en ligne d’opposition au paiement d’un chèque, la consultation de vos encours de crédits, vos dépôts et votre portefeuille d’effets de commerce domiciliés, la consultation de taux de change et d’intérêt, convertisseur des devises etc. Et l’accès à ces services est fait sans que le client puisse nécessairement recourir au contact physique « face-to-face » avec un personnel de la banque. Il a permis aux clients des banques d’économiser le temps d’attente et de déplacement vers les guichets pour ne plus les réserver qu’aux opérations de cash. Il sied de noter que la banque électronique offre des services plus efficients et à bien meilleur prix, à titre exemplatif, une transaction coûtant environ 1 dollar dans une agence traditionnelle, ou 0,60 dollar au téléphone, ne coûte que 0,02 dollar en ligne.[2].

Dans le contexte de la RDC, le secteur bancaire est devenu un marché compétitif entre plus d’une quinzaine des banques commerciales qui y opèrent, et le progrès technologique est l’un des facteurs de la révolution du marché.

Elan de la banque électronique en RDC

Effectivement, la banque électronique autrement dit « banque à distance ou banque sur Internet » continue à impacter le marché financier en RDC à l’instar d’autres pays du monde. En tant que secteur de compétitivité, aucune banque n’est exemptée du service online banking, elles intensifient leurs services à travers la création des sites web, l’implantation des guichets électroniques : ATM (Automated Teller Machine, en Anglais) dans les centres commerciaux, les stations-services, les établissements universitaires, les sièges des banques… D’autres banques mobilisent dans leurs bureaux des infrastructures informatiques telles les ordinateurs portables sur les desks pour offrir un self-service électronique à l’intention des clients. La création des applications mobiles est un autre procédé technologique fulgurant de l’ère numérique qui a révolutionné le business des banques, la multiplication de cartes bancaires (MasterCard, VisaCard, Cartes prépayées, etc.) offrant les services tels que paiements, retraits et crédits et permettant aussi aux détenteurs d’effectuer de manière sécurisée des transactions en ligne. Chaque banque ou réseau des banques détient ses propres labels des cartes. Les banques attachent une importance considérable à l’expansion du service Internet dans leurs services qui présentent un avenir ambitieux et innovatif de leurs activités économiques et financières.

A titre exemplatif, la Banque Commerciale du Congo, l’une des anciennes banques de référence en République Démocratique du Congo depuis 1909, a mis en place un département IT et Télécommunication avec pour mission de mettre à la disposition de la banque l’informatique dans sa globalité et aussi de mettre en place des stratégies à moyen terme et directement à l’opérationnalité quotidienne. Dans le souci de répondre au standard de l’ère technologique, la BCDC projette d’optimiser sa continuité dans la digitalisation avec des logiciels d’éditique et un logiciel de e-learning très avancé.

C’est aussi le cas de RawBank, qui dispose dans sa structure, une Direction Informatique et Digital Banking qui est un support stratégique pour la banque . Pour celle-ci, la majorité de produits et services sont accessibles sur le mobile et les clients peuvent consulter à n’importe quel endroit. L’évolution de la banque électronique est un réel défi des banques pour cibler et attirer les clients en leur offrant un service facile d’usage, économique et accessible.

Dans un sondage réalisé par RightsEmpower Cabinet d’Avocats & Conseil, particulièrement par son département Online Bankig, auprès des banques commerciales opérant en République Démocratique du Congo, un agent de la banque qui a gardé l’anonymat s’est confié à nous en révélant que la fréquentation des clients dans les agences des guichets a drastiquement diminué de 36% au cours de dernières années. Cependant, dans la plupart de cas, les guichets des agences demeurent une voie incontournable de sécurité pour l’obtention de cash ainsi que le paiement des fonctionnaires de l’Etat. Et la bancarisation est aujourd’hui le mode par lequel l’Etat paie les agents des institutions politiques, de l’Administration Publique, la Police, l’Armée, les Services de sécurité, les enseignants, les Médecins, les Magistrats, etc[4].

L’évolution est également aperçue dans le paiement électronique de certaines factures des prestataires des services tels que l’électricité, l’eau, les temps d’appels ou crédits, etc. Mais, il est évident d’affirmer que ce mode de paiement n’est pas encore intensivement d’usage en RDC comparativement aux pays grandissants en TIC (Afrique du Sud, Kenya, Nigeria, etc.).

Problématiques juridiques de l’émergence de la banque électronique en RDC

En dépit d’innombrables innovations apportées dans le secteur bancaire, il y a lieu de noter que le progrès technologique a aussi suscité des nouveaux défis juridiques, sur lesquels les autorités de régulation ainsi que le pouvoir législatif doivent impérativement veiller et en assurer le contrôle.

  1. Défi des banques virtuelles

DLe boom de l’Internet a permis à toutes les organisations au monde de réaliser des services au-delà des limites frontalières. La banque électronique utilise une technologie qui, par sa nature même, est conçue pour étendre la portée géographique virtuelle des activités bancaires, sans qu’une implantation physique similaire des établissements ne soit requise. Une telle expansion des marchés bancaires au-delà des frontières nationales pose déjà une question prudentielle majeure de renforcement de la coopération transfrontière entre les superviseurs.[5].

C’est dans cette optique que les banques tellement que leurs services sont d’une grande importance économique et financière, se servent de l’Internet pour offrir des services à distance aux consommateurs. En tout état de cause, cette problématique constitue un enjeu juridique important qui se pose avec acuité à l’heure actuelle de la transformation digitale.

En RDC les banques sont l’une de 5 catégories auxquelles s’appliquent la réglementation relative aux Etablissements de crédit. Au regard de la loi sur les Etablissements de crédit en RDC, avant qu’une banque se livre aux activités sur le territoire national, elle doit préalablement obtenir l’agrément de la Banque Centrale . En outre elle doit être constituée comme société commerciale en vue de poser des actes réputés commerciaux conformément aux textes relatifs aux sociétés commerciales (OHADA).

Cependant, en ces jours, plusieurs banques de se servent du dispositif Internet pour éluder aux conditions de réglementation et contrôle établies. Elles peuvent simplement et facilement contracter par voie Internet et offrir des services en toute discrétion. Et la grande question juridique qui se pose est celle de savoir comment la Banque Centrale en tant qu’organe de contrôle et de surveillance, peut contraindre ces banques qui offrent leurs services à distance par voie d’Internet en dehors du territoire congolais à obtenir l’agrément et se constituer en sociétés commerciales en RDC ? La réglementation existante sur la banque ne donne aucune réponse expresse à cette question. En d’autres termes, les lois existantes ne sont pas adaptées aux innovations de la Technologie que l’industrie bancaire expérimente exponentiellement, en vue de réglementer et contrôler les services réalisés par celle-ci. Paradoxalement, les lois existantes relatives, sont insuffisantes pour retracer les origines des services électroniques ainsi que les prestations rendues. L’organe de contrôle et de surveillance du secteur bancaire doit impérativement réfléchir et formuler de recommandations nécessaires pour que de nouvelles lois qui pourront être adoptées abordent les aspects des banques virtuelles.

  1. Défi des opérations de paiement non-autorisé

Les services d’Internet banking ont généré d’innombrables risques des opérations de paiement non-autorisé et la fraude dans le quotidien des consommateurs, ce qui nécessite une vigilance particulière de l’organe de surveillance et de contrôle. Les consommateurs des services électroniques des banques expérimentent quotidiennement ces risques, pour lesquels parfois les textes juridiques internes sont muets et limités pour les surmonter. Dans la pratique avec ces services d’Internet banking, l’on aperçoit que le consommateur peut se plaindre auprès d’une banque qui a exécuté des paiements non-autorisés.

La problématique des opérations de paiement non-autorisé est fréquente et très expérimentée par les consommateurs. Elle est généralement considérée comme la conséquence d’un dysfonctionnement technique de la banque ou la négligence de l’utilisateur qui s’est fait volé la carte bancaire. En fait, dans tous les cas des figures énoncés, le consommateur subit un préjudice énorme qui nécessite d’établir les responsabilités du consommateur et celles de la banque.

Cependant, la législation existante sur les banques devrait expressément définir les responsabilités entre les 2 parties (consommateur et banque) lorsque l’une des parties est victime du détournement d’instruments électroniques. Certaines législations occidentales ont déjà abondamment réservé les solutions juridiques soutenant qu’en cas de paiement non-autorisé commis, un partage de responsabilité est requis, globalement favorable au consommateur dont l’instrument de paiement aurait été détourné. Ce qui implique qu’il pourra obtenir le remboursement de la somme détournée, sous déduction[7]. Mais, la jurisprudence est sévère avec les consommateurs, elle soutient que les titulaires des cartes requièrent l’intervention de la banque, cependant celle-ci refuse de les indemniser, estimant qu’ils auraient commis une négligence grave en laissant la carte être volée. Dans cette même approche, Nicole L’Heureux et Louise Langevin dans leur ouvrage intitulé « Les cartes de paiement : Aspects juridiques » affirment que dans une action en justice touchant la responsabilité d’un consommateur à la suite d’un transfert non-autorisé, l’établissement financier est présumé responsable à moins qu’il ne prouve que le transfert électronique de fonds était autorisé[8].

En dépit des procédures internes établies par certaines banques commerciales sur les opérations de paiement non-autorisé, l’autorité de surveillance et de contrôle (Banque Centrale du Congo) devra établir un cadre réglementaire qui établit les mécanismes de contestation d’une opération de paiement non-autorisée ou mal exécuté.

Les règles découlant d’un tel instrument serait une directive qui aura pour objectif de fixer un cadre juridique commun permettant l’instauration d’un véritable marché unique des services de paiement applicables à toutes les banques et susceptibles de soigner les relations entre les fournisseurs de ces services et leurs clients[9]. En outre, une telle mesure serait un dispositif de protection juridique des consommateurs contre les risques bancaires encourus dans les opérations financières.

  1. Défi de vol des informations confidentielles à travers la banque électronique

La sécurité des informations confidentielles relatives à « online banking » est une clé de voute pour l’accès au service électronique bancaire d’un consommateur. Elle est un élément qui détermine la relation de confiance entre le client et la banque. C’est pour cette raison que les banques assurent les mesures de sécurité des données confidentielles de leurs clients en vue de les protéger contre le vol. Cependant, malgré le degré de sécurité assurée par les banques pour la protection des informations confidentielles, rien ne rassure la protection absolue de l’identité des consommateurs[10].

Le taux de Phishing (Phishing ou hameçonnage est un terme utilisé initialement pour décrire les attaques utilisant un email et conçus pour voler vos identifiants de votre compte bancaire en ligne ) est très élevé à travers le monde. Une étude révèle que les banques occupent le premier rang, soit un taux de 25,76% des cas, dont les clients ont été victimes d’attaques d’hameçonnage dans le monde en 2016 . Loin de plonger dans le débat juridique qui divise les doctrinaires à propos de vol sous-entendu comme soustraction frauduleuse d’un bien matériel et la théorie de vol d’information en tant que bien immatériel . Il est important de considérer le fait qui a causé préjudice (vol) au consommateur.

De ces jours, la RDC n’a pas une jurisprudence abondante sur les opérations de paiement non-autorisé, étant donné que la matière sur les NTIC n’a pas encore subi une législation adaptée au progrès technologique que le monde expérimente.

  1. Le défi de blanchiment des capitaux

Le blanchiment des capitaux est une très vieille pratique illicite mettant en péril les systèmes économiques et financiers, dont les conséquences néfastes ont obligé les Etats de mettre sur pied des dispositifs juridiques pour lutter contre le fléau mondial.

Cependant, il sied de noter que le blanchiment des capitaux s’est intensivement exacerbé avec l’expansion de la banque électronique. La banque électronique préserve l’anonymat ; une fois un compte ouvert, la banque ne peut déterminer si le titulaire nominal effectue une opération, ni encore moins l’endroit où celle-ci s’effectue[14]. La réglementation bancaire en RDC oblige les établissements des crédits de s’assurer de l’identité et de l’adresse de leurs clients avant d’ouvrir un compte ou un livret, de prendre en garde des titres, valeurs ou bons avant d’attribuer un coffre ou d’établir toute autre relation d’affaires[15].

Evidemment, le pays a mis en place un cadre juridique favorable pour lutter contre le blanchiment des capitaux mais compte tenu des avancées technologiques fulgurantes, il est pertinent qu’une réforme de la loi sur le blanchiment des capitaux soit initiée en vue d’intégrer les mécanismes juridiques nouveaux adaptés au progrès technologique qui exacerbe les activités de blanchiment des capitaux.

Recommendations

La révolution de la banque électronique pose de nouveaux défis aux autorités de réglementation et de contrôle du secteur bancaire. Et pour relever ces challenges, celles-ci doivent s’inspirer de ces cinq piliers ci-dessous.

Réforme: La vitesse des progrès technologiques et leur ampleur dans le secteur bancaire sont grandissantes à tel enseigne que les lois existantes et applicables aux opérations bancaires deviennent de plus en plus obsolètes pour faire face aux multiples enjeux et risques opérationnels soulevés par l’expansion de la banque électronique. Actuellement, les lois traditionnelles sur les activités bancaires en RDC sont celles applicables aux banques électroniques. Et ces lois ne peuvent absolument surmonter les problèmes qui surgissent. Pour y remédier, les textes juridiques du secteur bancaire doivent subir une réforme pour essayer de faire disparaitre ou minimiser les risques apportés par la banque électronique. A ce stade, une nouvelle réforme doit être entreprise par les autorités pour améliorer le cadre de l’exercice de l’activité de la banque électronique. De nos jours, le cadre juridique de la banque électronique est régi par Loi n° 003/2002 du 02 février 2002 relative à l’activité et au contrôle des établissements de crédit ainsi que l’instruction n°24 relative à l’émission de monnaie électronique et aux établissements de monnaie électronique. Un texte juridique qui n’intègre absolument pas les aspects de la banque électronique. D’où l’impérieuse nécessité d’amorcer la stratégie de réforme légale et réglementaire dans ce secteur pour avoir une loi adaptée à l’évolution technologique dans l’industrie bancaire en RDC. Il sied de noter qu’une nouvelle loi qui intègre les aspects du progrès électronique permet de gérer les risques juridiques qui découleraient du rapport entre la banque et les consommateurs des services électroniques.

Législation: L’émergence d’internet a donné lieu à l’usage de nouveaux procédés, instruments et prestataires de services dont la nature juridique n’est pas encore définie dans la plupart des textes juridiques en RDC. C’est le cas de la «signature électronique ». Elle est un effet de l’ère électronique et un procédé juridique inéluctable dans les activités des banques électroniques. Les lois existantes applicables aux activités bancaires en RDC ne donnent pas la définition à la signature électronique, à sa reconnaissance, à ses effets et à ses conditions juridiques. Cependant, la portée juridique de la signature électronique a connu un progrès législatif dans d’autres pays tels que la Belgique depuis ses lois du 20 octobre 2000 et du 9 juillet 2001[16]. Dans les mêmes perspectives, il faudrait donner la nature juridique au concept « banque électronique» en RDC.

Intégration: : La Banque Centrale du Congo, en tant qu’organe de surveillance et de contrôle des banques en RDC, doit avoir une politique qui intègre la technologie, l’information et la communication dans l’évaluation des risques opérationnels en vue d’évaluer le niveau de sécurité sur les questions des données confidentielles. Toutefois, les autorités de contrôle peuvent examiner comment la direction d’une banque a élaboré son plan d’affaire (business plan) pour la banque électronique. Il s’avère indispensable que les autorités de régulation des banques mettent sur pied un plan de conformité relatif aux banques électroniques auquel elles doivent se soumettre.

Adaptabilité : Les avancées technologiques expérimentées dans les banques ne peuvent laisser insensible la Banque Centrale en tant qu’autorité de contrôle des banques, à veiller à ce que ses employés possèdent des compétences technologiques requises pour contrôler et évaluer l’évolution des risques dans la sphère de la banque électronique. Elle devra rendre obligatoires les formations et le renforcement des capacités de ces agents pour se mettre à niveau. Toutefois, un investissement dans le matériel informatique et les logiciels doit être pris en compte.

Harmonisation: La banque électronique est une question de la globalisation, libéralisation économique et financière que toutes les nations expérimentent. La Banque Centrale doit faire de l’harmonisation des textes juridiques et réglementaires applicables à la banque électronique une priorité. Elle doit faire de cette problématique une clé de voûte pour l’intensification de coopération avec les autorités de régulation et de contrôle des banques à l’échelle internationale et régionale en vue de s’inspirer des avancées juridiques amorcées dans les activités de banque électronique sur d’autres horizons.  

Conclusion

La banque électronique est un levier de développement économique et financier important de l’ère numérique. Les innombrables innovations technologiques apportées ont contribué à l’amélioration de la qualité des services de l’industrie bancaire. Cependant, la banque électronique est porteuse des nouveaux risques juridiques et opérationnels potentiels qui nécessitent un œil vigilant du pouvoir public. Ces risques constituent un défi juridique majeur pour les autorités de régulations d’adapter, de réformer et d’harmoniser les textes juridiques et réglementaires y relatifs, en vue de minimiser les risques de la banque électronique aux consommateurs et aussi prémunir l’Etat contre les pratiques banques virtuelles.

Bibliographie

  • 1) Article 8 de la loi n° 04/016 du 19 juillet 2004 portant lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme.
  • 2) Article 10 de la Loi n° 003/2002 du 02 février 2002 relative à l’activité et au contrôle des établissements de crédit en RDC.
  • Rapport annuel 2016 de la Banque Commerciale Du Congo, BCDC, en sigle.
  • Rapport annuel 2016 RawBank
  • Saleh M Nsouli et Andrea Schaechter, »Les enjeux de la banque électronique « , 2012.
  • Kombo Ngbuka « La problématique de la bancarisation de la paie des agents et fonctionnaires de l’Etat dans le Bas-Uele  ».
  • Michel Alglieta (professeur à l’université de Paris X) et Laurence Scialom (professeur à l’université de Lille II), “Les risques de la monnaie électronique”,
  • Hervé Jacquemin: Failles de sécurité pour les services bancaires en ligne : Que risque le consommateur ?, 2015
  • Nicole L’Heureux et Louise Langevin“ Les cartes de paiement : Aspects juridiques », Les presses de l’Université de Laval, Sainte-Foy, 1991.
  • Les nouvelles règles de fonctionnement des Services de Paiement : Les mini-guides bancaires, 2009.
  • P. Morgan, “Protecting against & recovering from identity theft”.
  • Pieter Danhieux, « La lettre d’information mensuelle pour la sensibilisation des utilisateurs « Attaque par Phishing » », Février 2003.
  • https://fr.statista.com/statistiques/688959/phishing-organisation-attaque-victimes-monde/
  • Mohamed CHAWKI: Le vol d’informations : quel cadre juridique aujourd’hui ? Droit-Tic, Juillet, 2006.
  • Laurent GUINOTTE, Avocat et assistant à l’U.LG. »Journal des Tribunaux« , 14 décembre 2002.

Note juridique: Cette publication ne doit pas être interprétée comme un avis juridique d’un avocat ou du cabinet. Les lecteurs sont invités à consulter nos avocats pour obtenir des conseils juridiques appropriés sur la législation relative à leurs activités.

         © RightsEmpower 2018. Tous droits réservés

[1] 2016 Annual Report BCDC (Commercial Bank of Congo)

[2] Saleh M Nsouli and Andrea Schaechter, »The challenges of » electronic banking « , 2012.

[3] 2016 RawBank Annual Report

[4] Kombo Ngbuka « Problematic of banking the payroll of the agents and civil servants of the State in Bas-Uele ».

[5] Michel Alglieta (professor at the University of Paris X) and Laurence Scialom (professor at the University of Lille II) “Risks of electronic money”, 2002.

[6] Article number 10 of the Law n° 003/2002 of 02 February 2002 related to the activity and control of credit institutions in DRC.

[7] Hervé Jacquemin: Security breaches for online banking: What does the consumer risk?, 2015.

[8] Nicole L’Heureux et Louise Langevin “Payment Cards: Legal Aspects « , The Presses of the University of Laval, Sainte-Foy, 1991.

[9] The new rules for the operation of Payment Services: Mini-guide-banks, 2009.

[10] J.P. Morgan, “Protecting against & recovering from identity theft”.

[11] Pieter Danhieux, The monthly newsletter for user awareness « Phishing Attack », February 2003.

[12] https://fr.statista.com/statistiques/688959/phishing-organisation-attaque-victimes-monde/

[13] Mohamed CHAWKI: Theft of information: what legal framework today? Right-Tic, July, 2006.

[14] Saleh M Nsouli et Andrea Schaechter, idem.

[15] Article 8 of Law No. 04/016 of 19 July 2004 on the fight against money laundering and the financing of terrorism, DRC.

[16] Laurent GUINOTTE, Avocat et assistant à l’U.LG. « Journal des Tribunaux« , 14 Decembre 2002.

 

Télécharger l’article: 

Analyse juridique de la promulgation de la loi portant modification du code minier en RDC

Analyse juridique de la promulgation de la loi portant modification du code minier en RDC

 

La République Démocratique du Congo regorge des potentialités minières incommensurables, dont l’exploitation responsable est porteuse du développement économique et la réduction de la pauvreté à travers le pays. En dépit des multiples problèmes expérimentés dans par le secteur sur le marché international les mines demeurent un vecteur du développement avec plus 11000 substances minérales différentes pour une valeur estimée à 3700 milliards de dollars américains. Le secteur minier représente 95% de recettes d’exportations pour une contribution de 10% au produit intérieur brut (PIB), ce qui fait de lui un moteur de l’économie nationale. Les richesses minérales de la RDC sont très répandues dans toutes les provinces notamment le cuivre, le coltan, le cobalt, le diamant, la cassitérite, le zinc, le wolframite, l’or, le manganèse, le gaz, etc. Les statistiques révèlent que le pays est le grand producteur cobalt disposant environ 48% des réserves mondiales, et 73,940 tonnes ont été produites en 2017. L’existence des richesses minières ne cesse d’attirer d’innombrables sociétés minières d’opérer dans le secteur. D’après les indicateurs il s’avère que la RDC va enregistrer un taux de croissance moyen de 17% au courant de l’année 2018, surplombant d’autres marchés miniers. Il est fort important de noter que le secteur minier est émaillé par une pléthore d’enjeux économiques, environnementaux, sociaux, lesquels ont conduit le législateur d’édicter la loi minière de 2002, en vue de réglementer les opérations extractives minières et surtout mettre sur pied une législation caractérisée d’incitative avec des procédures d’octroi des droits de carrières objectives, rapides et transparentes dans laquelle sont organisées les régimes fiscal, douanier et de change.. Cependant, une clause de stabilité préconise que le code minier de 2002 doit être révisé après dix ans de son application. C’est dans cette acceptation que les deux chambres du parlement ont révisés le code minier de 2002 ensuite adopté la loi portant révision du code minier. Dans le délai constitutionnel la loi est transmise au Président de la République pour promulgation dans un délai de 15 jours. Cependant, la loi portant réforme du code minier de 2002 demeure non promulguée.

 

 

 

Introduction

 La promulgation du projet de loi portant révision du code minier de 2002 est un enjeu d’actualité sur lequel tous les regards sont braqués avec toile de fond. Le secteur minier est régit par la loi n°007/2002 du 11 juillet 2002 portant code minier et le Décret n° 038/2003 du 26 mars 2003 portant règlement minier. Outre ces textes, il existe une panoplie des mesures d’application auxquelles celui-ci est également régit. En particulier le code minier comporte 344 articles repartis en 17 titres. La législation minière de 2002, est caractérisé d’incitatif avec des procédures d’octroi des droits miniers ou des carrières objectives, rapides et transparentes dans laquelle sont structurés les régimes fiscal, douanier et de change.

En principe, après une décennie de son application le code minier de la RDC était voué à une révision dans l’objectif de déceler ses forces et ses faiblesses. Promulguer en 2002, le code minier a totalisé 10 ans de son applicabilité en 2012. Au cours de cette année toutes les parties prenantes notamment le gouvernement, la société civile et le secteur privé étaient résolument impliquées dans les travaux de révision, lesquels les ont permis de formuler propositions d’amendements relativement à la problématique de dualisme juridique persistant ; les responsabilités sociales des entreprises minières ; la détérioration et la dégradation de l’environnement ; les revendications des communautés locales relatives à l’accès à la propriété minière ; l’expropriation, l’indemnisation, la délocalisation et la mise en place de plans de développement durable visant à améliorer le bien-être économique et social des communautés affectées par les projets miniers pendant et après l’exploitation, l’indemnisation des communautés en cas de délocalisation ; la consultation publique au cours de l’élaboration de l’étude d’impact environnemental et social pour permettre la participation active des communautés locales affectées par les projets miniers ou de carrière ; l’exécution des plans d’atténuation et de réhabilitation prévus au plan environnemental en cours ou à la cessation des activités de recherches ou d’exploitation minières ; la présence des enfants dans les mines artisanales ; l’insuffisance des données géologiques ; l’inexistence de la politique de promotion des investissements ; l’absence de modalités objectives d’exécution et de suivi des projets d’exploration et d’exploitation ; l’inadéquation des systèmes de recouvrement fiscal ; le manque de transparence et l’implication des autorités politico-militaires dans l’exploitation et le commerce des minerais ; la question de la stabilité des dispositions relatives aux régimes fiscal et douanier, etc.

En définitive, les avis des parties prenantes convergent lesquels soutiennent que la législation minière de 2002 n’a pas contribué au développement socioéconomique du pays. Le système fiscal favorable instauré a uniquement attiré les investisseurs miniers mais cependant, celui-ci n’a pas renfloué les caisses pour éradiquer la pauvreté et la crise économique auxquelles le pays fait quotidiennement face. Les autorités congolaises estiment que la reforme minière amorcée contribuera à l’amélioration de vie des congolais. Cependant, les opérateurs miniers arguent que le nouveau code minier ne cible pas la corruption, un cancer qui gangrène le secteur minier ces dernières.

La réforme du système fiscal axe prioritaire du nouveau code minier

La lecture minutieuse du projet de loi portant révision du code minier démontre que le régime fiscal est un axe prioritaire de la réforme minière.

En effet, les investissements miniers exposent généralement les entreprises minières à des charges fiscales énormes. Cependant, dans la plupart de cas les investisseurs miniers exigent aux pays hôtes, des régimes fiscaux souples pouvant permettre une bonne rentabilité de leurs investissements. Dans le but d’attirer les investissements dans le secteur minier, les Etats sont obligés d’édicter des normes fiscales applicables aux investissements miniers et qui sont généralement incitatives et dérogatoires au régime fiscal de droit commun. C’est dans cette approche que le code minier de 2002 prévoit un régime fiscal plus favorable aux investisseurs miniers.

Etant donné qu’il y a une forte présence des investisseurs miniers et spécialement la flambée des prix des minerais extraits en RDC, le gouvernement congolais voudrait ultimement saisir l’occasion de la réforme minière pour revoir à la hausse son système fiscal.

Hausse de taux de redevance minière

Actuellement, le taux de redevance minière tel que prévu dans le projet de loi suscite des divergences aigues entre le gouvernement congolais et les opérateurs miniers. Avant de relever et analyser les dispositions sur la redevance minière tel qu’envisagé dans le projet de loi, il s’avère indispensable de comprendre le contexte de celle-ci au regard du code minier de 2002.

  • Approche juridique du Code minier de 2002

Aux termes de l’article 220 du code minier, « le titulaire du titre minier d’exploitation est assujetti à une redevance minière dont l’assiette est calculée sur la base de la valeur des ventes réalisées diminué des frais de transport, de frais d’analyse se rapportant au contrôle de qualité du produit marchant à la vente, de frais d’assurance et des frais de commercialisation « .

L’instauration de la redevance minière est un effort consenti par l’Etat congolais pour permettre au titulaire de titre minier de jouir d’un régime fiscal susceptible de contribuer à la rentabilité des investissements dans le secteur minier.

Le code minier de 2002 fixe le taux de la redevance minière en fonction de produits en cause :

  • Le fer ou les métaux ferreux 0,5%
  • Les métaux non ferreux 2%
  • Les métaux précieux 2.5%
  • Les pierres précieuses 4%
  • Les minéraux industriels, les hydrocarbures solides et autres substances non citées 1%
  • Les matériaux de construction d’usages courants 0%

Le taux de la redevance varie en fonction selon la nature des substances minérales. La redevance minière est versée par le titulaire du titre minier d’exploitation au Trésor public. Celui-ci se charge de distribuer la recette de la redevance minière selon la clé de répartition suivante: 60% resteront acquis au Gouvernement Central ; 25 % sont versés sur un compte désigné par l’Administration de la Province où se trouve le projet et 15 % sur un compte désigné par la Ville ou le Territoire dans le ressort duquel s’opère l’exploitation.

  • Approche du nouveau code minier à promulguer

La nouvelle loi minière soumise à la promulgation fixe une redevance sur les « métaux stratégiques » au taux de 10%. Une mesure qui fait monter les investisseurs miniers au créneau. Ils jugent qu’une telle mesure ruine la réputation du pays et entraine le pays vers le gel des investissements dans le secteur.

Les mobiles de la revue à la hausse vertigineuse du système fiscal minier se justifient par le fait que dans le marché international les prix des minerais extraits en République Démocratique du Congo sont en hausse. Les statistiques indiquent que le cours du cuivre dont le sous-sol katangais regorge, a gagné un chiffre de 14,5% en 2016, puis sa production en 2017 est 1,092 millions de tonnes (+6,9%). Les diamants potentiellement trouvé au Kasaï, ont grimpé de 9% entre 2013 et 2016, sa production 18,9 millions des carats (+28,1). L’Or, très présent dans le Sud-Kivu, a gagné 13% en 2017 après un bon de 8,6% en 2016, sa production en 2017 est de 23,3 tonnes(+2,7). Le Zinc, la production de 2017 est de 7833 tonnes (-32,8%). Quant au coltan utilisé pour la fabrication des Smartphones, particulièrement concentré dans le Kivu, son cours crève le plafond de +59% en 2017. Toutefois, le Cobalt, actuellement convoité essentiellement pour la fabrication des batteries des véhicules électriques en remplacement des ceux d’essence et diesel, ce minerai potentiellement concentré dans le Katanga avec environ la moitié du marché mondial soit 66000 tonnes sur 123000 tonnes provient de la RDC. Le pays détient les 2/3 des réserves mondiales connues, la production de Cobalt en 2017 a atteint 73940 tonnes (+15,5%).

En réalité, la forte demande de Cobalt pour des besoins économiques sur le marché international révolte l’Etat de classer le Cobalt parmi « les métaux dits stratégiques », dont le taux de redevance est fixé à 10%. Comparativement à l’approche du Code minier de 2002, le taux de redevance du Cobalt passe de 2% à 10%. Une mesure farouchement combattue par les investisseurs miniers lesquelles menacent d’aller en arbitrage international si l’Etat congolais ne parvient à réduire ce taux. Toutefois la décision d’investir dans un pays dépend notamment du régime fiscal.

Dispositions constitutionnelles relatives à la promulgation du nouveau code minier

Le code minier est du domaine de la loi. Il est donc soumis aux règles établies par la constitution.

  • Principe

Without prejudice to the other provisions of the constitution, the law determines the fundamental principles concerning the mining regime (article 123 paragraph 3 Constitution of 18 February 2006).

Article 9 of the aforementioned Constitution says: « The State exercises permanent sovereignty over the soil, subsoil, water and forests, over the airspace, fluvial, lacustrine and Congolese maritime as well as on the Congolese territorial sea and on the continental shelf « .

According to this constitutional provision it can deduce the enumeration of the terms « subsoil » which have a direct link with the concept of mines because generally the mineral substances are in the subsoil. The Constitution makes the mining domain a part of the Congolese State. And it’s in this perspective that the lawmakers elaborating the laws in the field of mines in the DRC.

Background of promulgation of the new mining code

 As in all democratic States, the final adoption of law or legislative proposal closes, in principle, the parliamentary phase of the legislative procedure, which normally conducts to the promulgation of the law. The promulgation is the legal act by which the President of the Republic authenticates the existence and the regularity of the law and gives the order to conform to the prescriptions of this law. It is logical that the law revising the mining code was passed in parliament and then transmitted to the President of the Republic.

 Legal basis

 The promulgation of laws is found in the constitution of the State

  • Promulgation effects

The effects of promulgation of laws consist, firstly attesting the existence of the law, giving the regularity of the legislative procedure. Secondly, confiding the text voted the authentic character; authenticates the law. Thirdly ordering public authorities to observe the law and to enforce it; the text is made enforceable.

  • Competency

The power to promulgate laws is the responsibility of the President of the Republic. The President of the Republic is the guarantor of the nation.

  • Extent of the power

The President of the Republic has a wide power in matters of promulgation namely:

Power of Promulgation: The President of the Republic has the power to promulgate the law within fifteen days of its transmission. The constitution does not provide delegation of power in this area (Article 140 of the Constitution of 18 February 2006).

Power to request a new deliberation: Article 137 of the Constitution says, “Within fifteen days of the transmission, the President of the Republic may request the National Assembly or the Senate a new deliberation of the law or some of its articles. This new deliberation can not be refused”.

  • Constitutional deadlines

The prerogative of promulgation laws acknowledged to the President of the Republic required the respect to the constitutional deadlines. According to article 140 « the President of the Republic promulgates the law within fifteen days of its transmission after the expiry of the time … ». The constitutional deadline of 15 days can not be derogated.

  • Failure to promulgate within the deadline

The prerogative of the President of the Republic to promulgate the law is bound to the respect of constitutional deadline. In case of absence of the promulgation law by the President of the Republic within the constitutional deadline, the promulgation is supposed done (article 140 paragraph 2 of the Constitution). In other words, whether the President should not promulgated as required according to the constitutional deadline, the law is supposed promulgated and the text is definitively enforceable.

In the context of the law revising the mining code of 2002, needless to say that the acts of two chambers of the Parliament would have been completed on February 27th 2018. From this adoption date, the objective presumption enables to say that the adopted law was transmitted to the President of the Republic within the constitutional deadline, either 6th  of February mathematically the deadline ran 06th of February 2018. And the President had 15 days to promulgate, mathematically the promulgation should occur on February of 20th, 2017. However, the silence of the promulgation still persists.

 Suspensive effects of promulgation

The Constitutional Court control the compliance of laws of assembly’ acts according to the Constitution which says: « The Constitutional Court is in charge of the control of the constitutionality of laws and acts with the force of law« .

Where a law to be promulgated is found to be unconstitutional, the Constitutional Court may be referral on appeal (Article 139 of the Constitution).

In case the law to be promulgated is found unconstitutional, the Constitutional Court might be referral on appeal (Article 139 of the Constitution).

In such assumption, four scenarios emerge:

1) The President of the Republic within fifteen days following the transmission to him of the law finally adopted;

2) The Prime Minister within fifteen days after the transmission to him of the law finally adopted;

3)  The President of the National Assembly or the President of the Senate within fifteen days of its final adoption;

4) A number of deputies or senators at least equal to one-tenth of the members of each House, within fifteen days of its final adoption.

It so relevant to mention that the referral of  the Constitutional Court for unconstitutionality of law constitute a suspensive effect on the promulgation law.

While this article is writing, the Constitutional Court does not referral an appeal of unconstitutionality of the law revising the mining code submitted to the President of the Republic for promulgation. The referral to the constitutional court for the unconstitutionality of the law could have a suspensive effect on the promulgation of the law revising the mining code.

 Conclusion

 Since 2012, the Mining Code of 2002 has realized ten years of its implementation. At the end of this period, this one is revised to assess the strength and weakness points. It is in this logic that the DRC government has initiated the mining reform, which has made other stakeholders including the private sector, civil society involved in the work of the proposals amendments on the revision of the Code Mining. Remaining in practice, the government through the Ministry of Mines has written the bill on the Revision of the Mining code revising which have been submitted to the parliament institution with a particular focus on the reform of tax system. The tax reform is justified by the rise of mineral prices extracted in the DRC, and the Congolese State has seized the opportunity to revise upwards its tax system, and particularly classify some ores as « strategic metals » with a royalty rate set at 10% contrary to the rate 2 % under the Mining Code of 2002. This rate is fiercely controversial by economic operators operating in the sector. At the end of the acts of the Parliament in margin of the revision of the mining code of 2002, the new mining was transmitted (in constitutional deadline) to the President of the Republic with a view to be promulgated within fifteen days. However, the new mining code is beneficiate signature (promulgtation); the constitution says black on white that the failure to promulgate the law within constitutional deadline, the promulgation is supposed done (Article 140 of the constitution). The most objective legal analysis of the constitutional provisions on the promulgation of laws as the prerogative of the President of the Republic, enable to confirm that the new mining code was transmitted within the constitutional deadlines, and it not exist any constitutional suspensive effect, in this case the new mining code is supposed promulgated under article 140 of the Constitution.

Bibliography

 Legal texts

  • Constitution of February 18th , 2006
  • Act No. 007/2002 of July 11th , 2002 on the Mining Code
  • Organic Law No. 13/026 of 15th October 2013 on the organization and functioning of the Constitutional Court
  • Decree No. 038/2003 of 26 March 2003 on mining regulations
  • Bill to revise the mining code

 Books

  • Muhigirwa Rusembuka Ferdinand: « Towards Good Governance in the Mining Sector of the Democratic Republic of Congo »
  • World Bank Report on « Good Governance in the Mining Sector as a Growth Factor », May 2008
  • Commodity TopNews, the cobalt of the rdc: « potentialities, risks and importance in the global cobalt market », 2017
  • Annual Report of the Central Bank of Congo, 2016
  • Bmi research In 2018: « the DRC will be the fastest growing mining market in the world »
  • Proposals amendments on the Review of the Mining Code: Report of Civil Society Involved in Natural Resources Issues, 2012
  • Bertrand Laporte, Céline De Quatrebarbes and Yannick Bouterige « Mining Taxation in Africa »: a review of the gold sector in 14 countries »from 1980 to 2015
  • Horizon Mines Magazine, “Professor Dona Kampata justifies the revision of the Mining Code” 2018
  • Jeune Afrique, Mines: « The new mining code worries the congolese industry », March 02, 2018
  • Jeune Afrique: Mines: « The storm on the Congolese sector », February n ° 2981 of February 25, March 03, 2018
  • Analysis of the Congolese Mining Tax System and Proposal reform « , Southern Africa Resource Watch, Media Edition Paul, Kinshasa, 2015
  • Emile Lambert Mende OWENGA ODINGA, Mining Law Volume I « General Mining Regime for Mines and Quarries », July 2014
  • Georges Bokundu and Claude Kapemba, Southern Africa Resource Watch « Crossing Borders: Natural Resources Conflicts in the Democratic Republic of Congo and its Neighbors: Angola and Uganda », 2015
  • Law-Net Course: Promulgation and Publication: Conditions of Law Enforcement
  • Dieudonné KALUBA DIBWA, « Constitutional Justice in the Democratic Republic of Congo », Editions Academia-Harmattan s.a
  • (1) Law-Net Course: Promulgation and Publication: Conditions of Law Enforcement